Forum Femmes d'Ukraine et de Biélorussie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Femmes d'Ukraine et de Biélorussie

un vrai forum sur l’Ukraine et la Biélorussie et sur les femmes ukrainiennes et biélorusses qui répond sans tabou à toutes vos questions
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  Dernières imagesDernières images  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Soldes d’été 2024 : trouvez les ...
Voir le deal

 

 "Les hommes français sont terrifiés par les femmes russes". L'histoire d'une Moscovite qui s'est installé à Paris

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Frédéric
Admin
Admin
Admin Frédéric


Messages : 429
Date d'inscription : 29/12/2019
Age : 49

"Les hommes français sont terrifiés par les femmes russes". L'histoire d'une Moscovite qui s'est installé à Paris Empty
MessageSujet: "Les hommes français sont terrifiés par les femmes russes". L'histoire d'une Moscovite qui s'est installé à Paris   "Les hommes français sont terrifiés par les femmes russes". L'histoire d'une Moscovite qui s'est installé à Paris EmptyVen 7 Mai - 12:04

Daria, originaire de Moscou, allait commencer sa carrière de sculpteur à Paris et s'installer à Tokyo après quelques années de dur labeur. Mais les plans changent brusquement : elle se marie et devient parisienne. Dans le cadre d'une série de documents sur des compatriotes qui ont déménagé à l'étranger, "Lenta.ru" publie l'histoire de Daria, qui raconte comment une personne d'art peut réussir à l'étranger.

Je suis né à Moscou dans une famille de sculpteurs héréditaires, et je suis diplômé de l'Académie des arts et de l'industrie de Moscou, qui porte le nom de Stroganov. Alors que j'étais encore étudiant, j'ai travaillé à temps partiel sur des portraits en Autriche et j'ai beaucoup voyagé. Après l'université, elle a commencé à chercher des stages. Plusieurs usines russes produisant de la porcelaine m'ont refusé, et c'est de la manufacture de Sèvres à Paris qu'est venue l'invitation. Ils ont aimé mon travail, alors ils m'ont donné une liberté de création totale. Un an plus tard, j'ai créé ma première collection de sculptures abstraites et j'ai dû faire un choix difficile : rentrer chez moi en disgrâce ou relever le défi et atteindre les sommets en Europe. J'ai décidé de rester et de poursuivre mon activité professionnelle à Paris.

J'ai imprimé un petit catalogue avec mes œuvres et j'ai commencé à frapper aux portes de toutes les galeries. Pour un expatrié, espérer un succès rapide est un échec. Chaque jour, j'ai frappé à environ 20-30 galeries, mais toutes ont refusé. Le dernier jour avant l'expiration de mon visa, je me suis appuyé contre une grande galerie à côté du Centre Pompidou, sans même avoir l'intention d'y entrer. Un galeriste est sorti du bâtiment et a commencé à parler de ses artistes. Je lui ai montré le travail et j'ai été surpris par l'invitation à collaborer. Nous avons fait deux expositions ensemble et vendu ma première œuvre aux enchères. Les possibilités d'exposer à Paris et les offres se multipliaient et je ne rentrais plus dans le cadre du régime de visa standard. Le bureau culturel m'a donc donné un permis de séjour, la Carte Compétences & Talents, et c'est devenu beaucoup plus facile. C'est ainsi que mon histoire française a commencé.

La voie du succès
Dans mon pays d'origine, j'avais tout : un atelier, mes propres collectionneurs et des expositions dans des musées, il fallait donc que je passe au niveau supérieur. La France est la scène du monde, Paris est le centre culturel. Au début, j'avais un plan : trois ans à Paris, trois ans à New York et ensuite, en tant que sculpteur établi, à Tokyo. Mais les plans n'étaient pas destinés à se réaliser : j'ai trouvé mon amour et suis restée en France pour toujours.

En Russie, vous pouvez atteindre le succès très rapidement, la question est de savoir comment rester au sommet. Quand j'étais étudiant, j'ai atteint un bon niveau, et maintenant je fais partie du "top 100 des meilleurs artistes russes", mais tout le mérite en revient à la Russie. En Europe, il faut beaucoup de temps pour être reconnu. Quatre-vingt-dix pour cent des artistes rentrent chez eux, fatigués de lutter contre l'indifférence du public local. Paris a tout vu, il est impossible de l'impressionner. Mais si vous franchissez le mur et atteignez la cible en créant du nouveau et de l'inédit, alors il n'y a pas de retour en arrière possible - seulement une progression constante sur la scène mondiale.

Tous les Russes viennent pour la belle vie, mais ils deviennent souvent accros aux subventions, perdant motivation et pression, et deviennent semblables au Français moyen. Ces "vacances qui vous accompagnent toujours" les privent d'ambition. C'est une situation plutôt triste.

Au début, la société n'accepte pas les émigrants, mais si au bout d'un moment vous restez fidèle à vous-même et infiniment dévoué à votre travail, vous susciterez le respect et serez reçu à bras ouverts. Après avoir déménagé dans la partie élite des Russes, je ressens une attitude différente envers moi-même. Les Français me disaient que la Russie était une dictature et un mauvais état de fait. Maintenant, j'entends exactement le contraire : "J'aimerais que nous ayons un président aussi fort ! Vous êtes tous riches en Russie ! Tu as l'air très fort sur la scène mondiale !" Je suis follement heureux d'entendre de telles choses sur ma patrie, et il semble parfois que ce sont les émigrants qui façonnent en partie cette vision de la Russie. Je crois que c'est mon devoir, ma responsabilité, et mon devoir. Beaucoup de gens disent que je ne suis pas un patriote, parce que j'ai abandonné la Russie, mais il me semble que c'est le contraire qui est vrai. Si aucune personnalité russe célèbre ne se rendait à l'étranger, qui saurait quoi que ce soit sur la Russie ? Les gens de l'art veulent une plus grande scène et un espace pour se retourner. Mais je resterai toujours un artiste russe. Je ne me suis pas éloignée, mais j'ai élargi mon monde et les frontières de la culture russe.

Question sur l'appartement
Paris est une ville magique, mais une petite ville. La capitale est gelée, il n'y a presque pas de nouvelles constructions. Les visiteurs n'ont pas la possibilité d'acheter un appartement, les maisons ne sont pas construites et les anciennes coûtent beaucoup d'investissements.

C'est une ville d'amour et de relations faciles. J'ai eu un choc quand des hommes s'approchaient de ma table et disaient : "Ta place ou la mienne ?" Je cracherais le vin au visage en disant : "Pour qui me prenez-vous ?" Plus tard, j'ai compris que cette insouciance amoureuse est forcée, et ne peut s'expliquer que par l'absence de leur propre foyer : les Français ne peuvent pas se permettre d'avoir une famille, donc jusqu'à 35-40 ans à la recherche de relations faciles. Souvent, les gens vivent à cinq ou six à la fois dans des belles-lettres pour un coût minime.

Je vis maintenant au cœur de Paris : une fenêtre donne sur le Centre Pompidou et l'autre sur Notre Dame. Après sept ans, cela me semble déjà naturel. Au début, personne ne voulait louer à un artiste sans salaire et sans garant français. Au cours de mes trois premières années à Paris, j'ai eu sept appartements, dont certains pouvaient à peine être qualifiés d'appartements. Mon premier appartement était à Butovo, Montreuil, Paris. La banlieue la plus proche de Paris était autrefois un centre artistique, mais elle s'est transformée au fil du temps en un quartier de réfugiés africains.

Cependant, l'appartement le plus romantique était à Montmartre : en face se trouve l'atelier de Picasso et on peut voir le Moulin Rouge de la fenêtre. Un appartement dans le quartier central nous coûte 1 900 euros. Bien sûr, de tels prix sont rares, nous avons juste eu de la chance : mon mari est locataire depuis dix ans et le propriétaire n'a pas le droit d'augmenter le prix. Aujourd'hui, c'est jusqu'à 3 500 euros. De nombreux Parisiens prennent à crédit de petits studios en dehors du centre pour 150 000 euros, et les louent ensuite, disposant ainsi d'un revenu complémentaire.

Un moment fort de l'actualité française
Les Français sont de grands individualistes. Ils ont une peur bleue que quelqu'un s'assoie sur leur cou. Avant de rencontrer mon mari, j'étais assez sceptique à leur égard. Ma première pensée après leur avoir parlé : "Quelle mesquinerie ! Lorsqu'ils ont apporté l'addition dans un restaurant, ils ont commencé à calculer combien de verres j'avais bu, ont coché l'addition. La majeure partie de notre dîner entre amis n'a pas été consacrée à de joyeuses discussions et à des dégustations, mais au comptage et à la répartition de l'addition. Après les généreux hommes russes, une énorme différence s'est fait sentir. Au début, cela m'énervait, mais maintenant je trouve cela amusant et je le considère comme une couleur locale. Plus tard, je me suis rendu compte que les vrais Français sont différents, et qu'ils ne sont pas toujours Parisiens.

Les Français se marient rarement, même après quelques années d'une relation sérieuse. Ils prennent beaucoup de temps pour apprendre à se connaître. Nos amis, quand ils ont deux ou trois enfants, ne se marient pas. Personne n'a besoin du mariage, c'est une idée dépassée, mais la composante matérielle joue son rôle.

Le seul Français qui a gagné mon cœur est mon mari. Il travaille comme chef cuisinier dans deux hôtels cinq étoiles. La profession de mon mari ne m'empêche pas de lui donner de la nourriture russe. Ma spécialité est le hareng sous le manteau de fourrure. Nos amis en sont ravis, et la mère de mon mari a repris la recette, la démontrant avec enthousiasme à ses copines. Pourtant, mon mari est sceptique quant à la nourriture russe. Il n'est pas impressionné par les règles de table soviétiques, bien que notre bœuf impérial stroganoff et notre bortsch figurent au menu de ses restaurants, quoique de manière moderne - selon une recette moléculaire.

J'ai eu la chance de créer des relations familiales chaleureuses, je suis une épouse aimante. Cependant, de nombreux hommes français ont terriblement peur des femmes russes. Il existe un mythe selon lequel nos filles ruinent les Français malheureux : elles donnent naissance à des enfants et les emmènent en Russie, et ils se retrouvent avec un cœur brisé et la moitié de leurs biens. Cette propagande se poursuit même à la télévision, si bien qu'au début, la mère de mon mari était très effrayée par notre relation.

L'armure féministe des femmes françaises
Toutes les femmes françaises sont émancipées. J'ai souvent vu des situations où une femme traîne une lourde valise et un homme marche en s'amusant. C'est la coutume ici : s'il lui propose de l'aide, elle ne l'accepte pas toujours. Les couples mariés se partagent le budget de manière égale, même le loyer de l'appartement. Notre couple vit selon les coutumes russes.

Les femmes deviennent plus dures, le féminisme les couvre d'une armure. Je pense que la France a beaucoup perdu de ce point de vue. Le charme féminin semble s'être évaporé.

J'en entendais beaucoup : "Arrêtez d'agir comme une princesse russe - et jouez selon nos règles. Au début, cela m'a indigné, mais ensuite j'ai commencé à vivre en accord avec leur mentalité, car il faut respecter les traditions de ce peuple.

Souvent, les tâches familiales sont réparties de cette manière : le mari reste à la maison avec l'enfant, et la femme s'occupe du budget principal. Les hommes sont plus détendus, ils s'occupent des tâches ménagères pendant la journée et attendent leur femme, et celle-ci, après avoir étalé toutes ses ambitions au travail, rentre à la maison pour retrouver la famille apaisée. C'est inapproprié dans notre famille, mais je respecte les choix des autres. J'aime regarder des pères attentionnés.

Ville de l'amour sans âge
À 60 ans, les femmes russes renoncent à elles-mêmes, alors qu'en France, elles commencent à peine dans la vie. Lorsqu'elles sont jeunes, les femmes françaises ne se maquillent pas, mais à l'âge mûr, elles se transforment radicalement en dames élégantes et soignées. Dans la maison d'en face, j'ai observé un beau couple de personnes âgées. Je me suis émerveillée de leur capacité à maintenir la chaleur de leur relation à un âge aussi avancé, jusqu'à ce que mon mari dissipe mon conte de fées : ils se sont avérés être des amants, ce qui m'a choquée encore plus. Paris est une ville d'amour sans âge.

Les parents russes subviennent aux besoins de leurs enfants jusqu'au bout ; ici, après 18 ans, on devient indépendant. Tu ne peux pas passer devant pour dîner chez tes parents. Ils ont leur propre vie autonome et leurs propres projets, vous devez les prévenir à l'avance de la visite. Au début, cette position m'a choqué, mais maintenant je comprends qu'elle a du sens. Nous nous marions pour créer une progéniture, en France un enfant est marié pour préserver l'amour des parents. L'individualisme européen en tout.

En France, il existe deux types d'assurance : publique et privée. Notre assurance familiale coûte 100 euros par mois. Elle couvre tous les médecins et fournit gratuitement des médicaments dans les pharmacies sur prescription médicale. Chaque membre de la famille reçoit annuellement des lunettes gratuites, dont le prix ne dépasse pas 150 euros, et le nombre requis de paires de lentilles.

La médecine française est construite sur la protection de l'immunité. Le médecin local peut prescrire sans risque du thé, des pommades ou du savon. Même si vous venez avec une fièvre de 40 degrés, la pharmacie ne vous vendra pas de médicament puissant. Vous devrez d'abord prendre rendez-vous et ne vous rendre à la pharmacie qu'avec l'autorisation du médecin. Les Français ne tombent presque jamais malades, mais si quelque chose de mineur arrive, c'est une tragédie.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Les hommes français sont terrifiés par les femmes russes". L'histoire d'une Moscovite qui s'est installé à Paris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les hommes français se délectant des vidéos des chaines YouTube qui vendent les Femmes Ukrainiennes.
» Femmes de l'Est : Femmes Ukrainiennes / Femmes Biélorusses / Femmes Russes
» Aphrodisiaques pour femmes - ce qu'ils sont, à quoi ils servent
» Les scams des sites de rencontres femmes russes qui posent moitié nu sur Instagram.
» Femmes Ukrainiennes, Rencontres Amoureuses, Témoignages et Interviews Exclusives de Femmes de l'Est

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Femmes d'Ukraine et de Biélorussie :: Thématiques Femmes de l'Est :: La Bible du Grand Voyageur-
Sauter vers: